dimanche 18 février 2018

Les exercices physiques et les soins chiropratiques


En plus de faire des étirements au quotidien, d’être conscient de votre posture (debout, couchée et assise) et d’avoir des ajustements chiropratiques réguliers, nous vous recommandons d’être actif physiquement. Effectivement, un mode de vie sédentaire est un des principaux facteurs déclencheurs de la dorsalgie et des problèmes musculosquelettiques.

Faire de l’exercice physique assure une bonne santé cardiaque, une fluidité de mouvements en gardant les articulations souples et en renforçant les muscles ainsi qu’un maintien du niveau de stress peu élevé.* En plus de cela, il a été prouvé que les traitements chiropratiques seront plus efficaces lorsque vous suivez un régime d’exercices.

Il existe trois types d’exercices physiques. Chacun a des effets bénéfiques sur le corps et l’esprit et nous vous conseillons de pratiquer tous les types d’exercices physiques de façon régulière:
  • les exercices aérobies ou cardiovasculaires: En faisant du cyclisme, de la marche rapide et de la course, par exemple, votre coeur se renforcera et la circulation sanguine sera favorisée. Votre endurance et votre métabolisme augmenteront et les hormones « du bonheur » vous donnera un sentiment de bien-être incroyable.**
  • les exercices de flexibilité: La mobilité de vos muscles et articulations, votre souplesse, votre équilibre et votre coordination seront améliorés par les exercices de flexibilité, tels les étirements et le yoga.**
Bien entendu, il est conseillé de s’échauffer avant de débuter toute activité physique et de s’étirer après avoir accompli un effort physique. L’échauffement prépare l’organisme à l’effort et réduit le risque de blessures, tandis que les étirements aident à atténuer les douleurs musculaires.*

Ainsi, écoutez votre corps et respectez-le en vous activant progressivement, mais sûrement! 



* Référence: Prévenir et soigner le mal de dos. British Medical Association. Éditions Broquet. 2014.

**Reference: Longévité: Anatomie et mouvements. Hollis Lance Liebman. Le courrier du livre. 2016.

Physical exercise and chiropractic care


In addition to daily stretching, being aware of your posture (standing, lying and sitting) and having regular chiropractic adjustments, we recommend that you be physically active. Indeed, a sedentary lifestyle is one of the main triggers of back pain and musculoskeletal problems.

Physical exercise ensures good heart health, fluidity of movement by keeping the joints flexible and the muscles strong as well as maintaining low stress levels.* In addition to this, it has been proven that chiropractic treatments will be most effective when you follow an exercise program.

There are three types of physical exercises. Each one has beneficial effects on the body and mind and we advise you to practice all types of physical exercises on a regular basis:

  • Aerobic or cardiovascular exercise: Cardiovascular exercise, such as cycling, brisk walking and running, will strengthen your heart and your blood flow will be favoured. Your endurance and metabolism will increase and the ‘happy’ hormones will give you an incredible sense of well-being.**
  • Flexibility exercises: Mobility of your muscles and joints, flexibility, balance and coordination will be enhanced by flexibility exercises such as stretching and yoga.**

Of course, we advise you to warm up before beginning any physical activity and to stretch after finishing a physical effort. Warming up prepares the body for physical effort and reduces the risk of injury, while stretching helps to alleviate muscle pain.*

So, listen to your body and respect it by getting active slowly, but surely!

*Reference: Prévenir et soigner le mal de dos. British Medical Association. Éditions Broquet. 2014.

**Reference: Longévité: Anatomie et mouvements. Hollis Lance Liebman. Le courrier du livre. 2016.

lundi 31 juillet 2017

Votre chiropraticien vous conseille sur votre posture de sommeil

Lorsqu’on a des maux de dos, la position couchée est souvent la plus confortable puisque la colonne vertébrale et les muscles subissent moins de contraintes. C’est dans cette position que le corps peut récupérer et regagner de l’énergie. Par contre, si vous ne dormez pas bien ou vous vous réveillez le matin avec des courbatures, votre position et vos accessoires de sommeil laissent peut-être à désirer. 

En effet, on a démontré que le sommeil contribue au développement neuronal, à l’apprentissage, à la mémoire, à l’équilibre émotionnel, aux fonctions cardiovasculaires et métaboliques, ainsi qu’à l’élimination des toxines des cellules. Ainsi, avoir une bonne ergonomie de sommeil promeut la santé musculosquelettique (et physique en général) et mentale. Voici donc quelques conseils pour améliorer votre posture couchée et votre sommeil. 
  • Votre oreiller: L’oreiller doit apporter un bon soutien. La tête ne doit pas être relevée, mais bien en position horizontale, parallèle au matelas*. La nuque doit être arrondie comme si vous aviez une serviette roulée sous votre cou (autrement dit, la courbe de la nuque forme un D avec le matelas). Nous conseillons d’utiliser un oreiller ergonomique qui soutient la tête, le cou et les épaules et se modèle au contour de ces zones. Votre chiropraticien saura vous conseiller sur l’oreiller qui vous est approprié.
Allez-y, reposez-vous!


*Reference: Prévenir et soigner le mal de dos. British Medical Association. Éditions Broquet. 2014.

**Reference: Longévité: Anatomie et mouvements. Hollis Lance Liebman. Le courrier du livre. 2016.

Your chiropractor advises you on your sleep posture


When you have back pain, the lying position is often the most comfortable since the spine and muscles undergo less stress. It is in this position that the body can recover and regain energy. On the other hand, if you do not sleep well or you wake up in the morning with body aches, your sleeping position and accessories may leave much to be desired.

Sleep has been shown to contribute to neural development, learning, memory, emotional regulation, cardiovascular and metabolic functions, and cellular toxin removal. Thus, having good sleep ergonomics promotes musculoskeletal and mental health (and physical health in general). So here are some tips to improve your lying posture and your sleep.

  • Your Pillow: The pillow should provide good support. The head should not be raised, but in a horizontal position parallel to the mattress*. The neck should be curved backwards as if you had a rolled up towel below your neck. (In other words, the curve of your neck makes a D with the mattress.) We recommend using an ergonomic pillow that supports the head, neck and shoulders and is patterned to the contour of these areas. Your chiropractor will advise you on the appropriate pillow for you.
So, go ahead and rest!

*Reference: Prévenir et soigner le mal de dos. British Medical Association. Éditions Broquet. 2014.
**Reference: Longévité: Anatomie et mouvements. Hollis Lance Liebman. Le courrier du livre. 2016.

mercredi 28 juin 2017

Comment se tenir debout?

Lorsque vous êtes en file d’attente à l’épicerie, comment vous tenez-vous? Quelle posture avez-vous? Avez-vous le cou penché vers l’avant et le dos courbé? La prochaine fois que vous serez debout quelques minutes d’affilé, prenez compte de la position de votre corps dans l’espace. Peut-être qu’elle vous amène quelques maux!

En effet, tous les éléments de notre corps sont interreliés – y compris le système musculosquelettique et le système neurologique qui y est associé. La posture influence considérablement la capacité du système musculosquelettique de fonctionner comme il le devrait. Elle a des conséquences directes sur les articulations, les muscles, les ligaments et les disques invertébraux.* Ainsi, en ayant une bonne posture, les disques invertébraux, les muscles et les articulations subiront moins de pression et seront moins sollicités: les risques de maux de dos diminuent et l’usure de la colonne vertébrale est moindre.

Avant tout, il est essentiel de comprendre qu’il n’existe pas une seule posture idéale étant donné que chacun d’entre nous a une taille et une morphologie différentes. Cela qui signifie que la posture idéale pour vous est celle dans laquelle votre dos subit le moins de contraintes possibles. En position de posture idéale, votre colonne vertébrale est naturellement et également courbée.*

Debout, votre posture doit être droite: le corps doit être symétrique et le poids du corps doit être réparti également à l’avant et à l’arrière. Voici quelques conseils pour maintenir une bonne posture:


Quelques exemples de mauvaise posture:

  • la cyphose:
    •  les épaules et le haut du dos arrondis, la tête est projetée vers le bas, le cou plonge vers l’avant, et le basin est tiré vers l’avant. Les régions thoracique, lombaire et cervicale ont une courbure excessive.* Les douleurs se trouvent dans la région thoracique (haut du dos).
    • une posture raide (style militaire): tête inclinée vers l’arrière, menton élevé, épaules serrées, poitrine bombée, tension dans le dos, genoux verrouillés. Cette posture entraîne des tensions musculaires dans la région de la nuque, des épaules, du milieu et du bas du dos.* Les douleurs se trouvent dans la région thoracique (haut du dos) et lombaire (bas du dos).
  • la lordose: 
    • une posture au bassin aplati: la tête est en profusion vers l’avant et le cou est en légère extension; la courbure lombaire diminue. Les douleurs se concentrent dans la région lombaire (le bas du dos).
    • lordose: le coccyx pointe vers l’arrière, le pelvis bascule antérieurement et les hanches sont contractés; la colonne vertébrale creuse vers l’avant. Les douleurs se concentrent dans la région lombaire.

Les mauvaises postures peuvent entraîner des douleurs thoraciques, cervicales et lombaires, des céphalées, des tensions et de la faiblesse musculaires, ainsi que des douleurs aux genoux et la hanche. Une mauvaise posture peut aussi diminuer la capacité respiratoire.* Il est vrai par contre que certaines mauvaises postures sont créées par des malformations congénitales et ne peuvent être corrigées. 

De plus, un surplus de poids augmente la contrainte sur la colonne vertébrale, puisque le centre de gravité est vers l’avant: le bassin penche anormalement vers l’avant et les muscles du dos doivent compenser. En faisant de l’exercice physique régulièrement, ces tensions musculaires diminueront et votre posture s’améliorera.

N’oubliez par qu’il existe des postures idéales pour toutes positions: debout, couchée, assise. Cet article fait référence à la posture debout. Nous avons déjà abordé la posture assise dans l’article sur l’ergonomie de travail. Le prochain article de blogue élaborera en profondeur les meilleures postures couchées.

*Référence: Prévenir et soigner le mal de dos. British Medical Association. Éditions Broquet. 2014.

How should you stand?

When you’re in line at the grocery store, how do you stand? What posture do you have? Are your neck and back leaning forward? The next time you stand for a few minutes in a row, consider the position of your body in space. It may bring you some pain!

Indeed, everything in our bodies is interconnected – including the musculoskeletal (MSK) and related neurological systems. The posture can have an important impact on the MSK system’s ability to function as it should. It has direct consequences on joints, muscles, ligaments and invertebral discs.* Thus, in good posture, the invertebral discs, muscles and joints undergo less pressure and less stress: the risk of back pain diminishes and the spine wears out less.

Above all, it is essential to understand that there is not a single ideal posture, since each of us has a different size and morphology. This means that the ideal posture for you is one in which your back suffers the least possible stress. In your ideal posture position, your spine is naturally and evenly curved.*

Standing, your posture should be straight: the body should be symmetrical and body weight should be evenly distributed between the front and back. Here are some tips to maintain a good posture:

  • Your spine will be in a neutral position: it will have a slight natural curvature in S and you will not feel any tension in the lumbar region
  • Move: exercise, stay active!

Some examples of poor posture:
  • Kyphosis:
    • The shoulders and upper back are rounded, the head protrudes downwards and the neck forward, and the basin is pulled forward. The thoracic, lumbar and cervical regions have excessive curvature.* The pain is in the thoracic region (upper back).
    • A stiff posture (military style): head tilted backwards, high chin, tight shoulders, bulging chest, tension in the back, locked knees. This posture causes muscle tension in the area of ​​the neck, shoulders, middle and lower back.* Pain is experienced in the thoracic (upper back) and lumbar (lower back) areas.
  • The lordosis:
    • Flat pelvis, the head protrudes forward with neck extended slightly. Decreased curvature of the lumber spine. Pain is concentrated in the lumbar region (lower back).
    • Hollow back: the tailbone points backwards, anterior pelvic tilt and the hips flexors are tight. Thespian protrudes forward. Pain is concentrated in the lumbar region.

Poor postures can lead to chest, neck and lumbar pain, headache, muscle tightness and weakness, and knee and hip pain. Poor posture can also decrease respiratory capacity.* It is true, however, that some bad postures are created by birth defects and can not be corrected.

In addition, excess weight increases stress on the spine, since the center of gravity is moved forward: the pelvis tilts abnormally forward and the muscles of the back must compensate. By exercising regularly, these muscle tensions will decrease and your posture will improve. 

Do not forget that there are ideal postures for any position: standing, lying, sitting. This article refers to the standing posture. We have already discussed the sitting posture in the article on work ergonomics. The next blog post will elaborate on the best posture lying down.

*Reference: Prévenir et soigner le mal de dos. British Medical Association. Éditions Broquet. 2014.



dimanche 28 mai 2017

La dégénerescence de la subluxation vertébrale

Le complexe de la subluxation vertébrale est accompagné de dégénérescence de la subluxation vertébrale. La dégénérescence se développe en 4 phases principales*:

Phase I: Les vertèbres ne bougent plus de façon symétrique. Certains tissus commencent à s’altérer.

Phase II: Les vertèbres ont perdu la capacité à bouger dans certaines directions. Les disques s’affaissent et se détériorent. Des dépôts calcaires apparaissent et des dommages sont souvent causés aux racines nerveuses.

Phase III: Cette phase marque le début de dommages permanents. Il y a une grande détérioration des disques, des muscles et des ligaments. Les dépôts calcaires sont tellement importants que la fusion vertébrale commence. Les nerfs et la moelle épinière peuvent être sévèrement affectés.

Phase IV: Les vertèbres ont perdu leur identité et la fusion est presque complète. Les cellules nerveuses environnantes sont détruites.

1. Lorsqu’il y a dérangement vertébral, les racines nerveuses, les mécanorécepteurs et la moelle épinière perdent leur capacité à bien acheminer l’influx nerveux aux organes, aux muscles et aux vaisseaux sanguins. 

2. Le  cerveau reçoit alors une information inappropriée perturbant son fonctionnement optimal. Cela peut causer une modification du fonctionnement de vos organes et tissus à long terme.
  • La tonicité de la musculature peut diminuer et la posture peut être affectée.
  • L’inflammation apparaît et nuit à la guérison normale des tissus.
  • La douleur s’installe.
  • La circulation sanguine est déséquilibrée.
3. À long terme, la présence d’un complexe de subluxation vertébrale provoque la détérioration et le remodelage de vos tissus vertébraux et articulaires, ce qui peut perturber toute la physiologie de votre corps. 
  • Des réactions biochimiques endommageront les tissus environnants. 
  • Des dépôts de calcium vont s’infiltrer dans ces tissus malades causant l’apparition d’arthrose.
Afin d’éviter de souffrir de dégénérescence vertébrale, il faut détecter et prévenir la subluxation vertébrale le plus tôt possible. C’est pourquoi votre chiropraticien fait des examens cliniques et radiologiques, et exécutent des ajustements chiropratiques qui permettent de garder la colonne vertébrale sans subluxation.


Référence: 
* Carnet Santé de Chiropratica
Phase I

Phase II

Phase III

Phase IV